Polyrhachis laboriosus,

Forel, A., 1886, Études myrmécologiques en 1886., Annales de la Societe Entomologique de Belgique 30, pp. 131-215: 65

publication ID

3923

publication LSID

lsid:zoobank.org:pub:33E1E81D-6489-4D52-828D-DCA172BC7D97

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/AD4EED5F-6099-BB86-1D89-0B7F74E444F3

treatment provided by

Christiana

scientific name

Polyrhachis laboriosus
status

 

Esp. P. laboriosus  HNS  Smith.

[[ worker ]] Long. 7,5 a 8,5 mill. Cette espece appartient evidemment au groupe relucens, quoique son ecaille n'ait pas de dents laterales, mais seulement deux hautes epines dirigees en haut, presque paralleles, dont le sommet est recourbe en arriere exactement comme les cornes d'un chamois ainsi que l'indique Mayr. (Verh. k. k. zool, bot. Ges. Wien, mai 1886). A la description de Smith il faut ajouter que la face basale du metanotum a une longueur bien plus que double de sa largeur, que son bord anterieur est sensiblement plus eleve que le bord posterieur du mesonotum, et que son bord posterieur qui passe sans limite a la face declive est marque seulement par deux petites dents triangulaires qui ne sont pas verticales, mais dirigees en arriere autant qu'en haut. La pilosite dressee est jaunatre, mediocrement abondante sur le corps, nulle sur les tibias et sur les scapes. La pubescence du dos de ' l'abdomen est epaisse et forme une belle toison d'un rouge brunatre dore qui cache entierement la chitine. Sur tout le reste du corps et sur les membres la pubescence est d'un gris jaunatre, assez abondante, assez egalement repartie partout, bien appliquee, laissant encore bien voir la sculpture. Le mesonotum est un peu plus large que long. Les epines du pronotum et le bord releve du dos du thorax sont comme chez la P. militaris  HNS  i. sp. Sculpture rugoso-ponctuee. Mandibules assez lisses et luisantes, a ponctuation eparse.

Chinchoxo (Congo), recolte par le Dr Falkenstein (Musee de Berlin).