Macropodiella uoroensis Rial, 2002

Rial, Anabel, 2002, Une nouvelle espèce de Macropodiella (Podostemaceae) de Guinée Équatoriale, Adansonia (3) 24 (2), pp. 295-297: 296-297

publication ID

http://doi.org/10.5281/zenodo.5180922

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/03F80363-311D-0768-B8F8-FCE4FD31FC68

treatment provided by

Carolina

scientific name

Macropodiella uoroensis Rial
status

sp. nov.

Macropodiella uoroensis Rial   , sp. nov.

Species nostra similis imprimis Macropodiellae hallaei; ab omnibus aliis congeneribus differt: spatellis congestis irregulariter per caulem dispositis. Ima pars thalloidea   . Caules simplices, raro bipartiti, 40-60 cm longi; folia alterna 5-9 mm longa, ter dichotoma   , irregulariter disposita, saltem 3 mm distantia. Spathellae foliis oppositae, 3 mm longae, 3-4 congestae, raro 2 vel solitariae, breviter pedunculatae (1 mm), pedicello rubro (in vivo), post anthesin usque 5 mm longo. Androcaeum 3 staminibus plus minusve dimidium florum aequantibus constitutum; antherae 0,9 mm longae, 0,5 mm latae. Ovarium ellipsoideum; stigmata irregularia; capsula 8-costata longitudinaliter dehiscens. Semina ellipsoidea.

Adhaerens saxis inundatis in cataractis fluvialibus massas ingentes constituens. Floret mense julio aquis minuentibus.

TYPUS. — Rial   & Lasso 38, Guinée Équatoriale, Midyobo , Parque Nacional de Monte Alen, Rápidos del Rio Uoro, 01°44’09’’N – 10°10’21’’E, 8 juil. 1994 (holo-, MA!; iso-, MA!, P!) GoogleMaps   .

Partie basale thalloïde d’où naissent de longues tiges simples, rarement bifides, longues de 40- 60 cm; feuilles alternes longues de 5-9 mm, 3 fois dichotomes; feuilles irrégulièrement espacées de la base au sommet, au moins 3 mm. Spathelles opposées aux feuilles, longues de 3 mm, groupées par 3-4, rarement 2 ou solitaires, plus ou moins ellipsoïdes à base atténuée et sommet arrondi, brièvement pédonculées (1 mm), pédicelle rouge, longuement exsert après l’anthèse (jusqu’à 5 mm). Androcée formé de 3 étamines mesurant environ la moitié de la longueur de la fleur; anthères de 0,9 × 0,5 mm. Ovaire ellipsoïde, stigmates irréguliers. Capsule ornée de 8 côtes, s’ouvrant longitudinalement; graines elliptiques. — Fig. 1 View Fig A-G.

ÉCOLOGIE. — Les individus appartenant à cette espèce vivent accrochés aux rochers dans les rapides du fleuve Uoro, formant de grandes masses. Au mois de juillet, quand le niveau des eaux baisse, les plantes se trouvent progressivement hors de l’eau et fleurissent quand le niveau de l’eau est à son minimum. Les paramètres physico-chimiques de l’eau mesurés dans la localité du type au moment de la récolte sont les suivants: pH 6,5; conductivité 12,2 µS/cm; température 27,5°C.

Macropodiella uoroensis   apparaît plus proche de M. hallaei Cusset   que des quatre autres espèces du genre. Il se différencie de cette espèce assez facilement par son plus grand nombre de spathelles, la longueur des pédicelles et l’irrégularité de la distance entre les feuilles et le thalle.

MA

Real Jardín Botánico

P

Museum National d' Histoire Naturelle, Paris (MNHN) - Vascular Plants