Rapanea modesta Mez var. coriaria M.Schmid,

Schmid, Maurice, 2009, Contribution à la connaissance des Primulaceae (ex Myrsinaceae) de Nouvelle-Calédonie. II. Le genre Rapanea Aubl., Adansonia (3) 31 (2), pp. 341-395: 360-361

publication ID

http://doi.org/ 10.5252/a2009n2a8

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/03EA645A-8D66-9C11-6433-FB8CFECDF974

treatment provided by

Carolina

scientific name

Rapanea modesta Mez var. coriaria M.Schmid
status

var. nov.

Rapanea modesta Mez var. coriaria M.Schmid  , var. nov.

A var. modesta  , laminis coriaceis, saepe subellipticis et ad apicem rotundatis vel late obtusis, generaliter minoribus, praecipue differt. Flores in vivo rosei vel rubri. Fructus fere semper  distincte pedicellati, ubi maturi  4-7 mm diametro.

TYPUS. — Nouvelle-Calédonie. Mont Do , vers 1000 m, arbuste (3 m) en forêt sur terrain ultramafique, fl. et fr. mûrs, 13.VIII.1974, MacKee 29119 (holo-,  P!).

REMARQUES

Nous avons rattaché à cette variété une trentaine d’échantillons de l’herbier de Paris, issus dans leur quasi-totalité de récoltes récentes dont Mez n’avait pu avoir connaissance. Comme dans le cas de la var. modesta  , ce taxon regroupe un certain nombre de formes, les différences touchant principalement aux caractères des limbes. La plupart des échantillons recensés ont été recueillis en altitude (800 m et plus).

L’échantillon type a des limbes relativement grands (6,5 × 2,5 cm), des fleurs rouges sur le vivant, à pédicelles longs de 1,5 mm environ, des fruits de 5-6 mm de diamètre, un peu comprimés. Les sépales ovales, à partie libre de moins de 1 mm, sont marqués de 2 lignes glanduleuses. Les stigmates linéaires, longs de 2 mm environ, dépassent les pétales. Les spécimens MacKee 30113 et Veillon 2045, également du mont Do, vers 1000 m; MacKee 44480 et 44487 du Ménazi, vers 1000 m; Jaffré 689 et Schmid 4381, du Koniambo vers 800 m; Lowry 105, McPherson & Munzinger 18117 et 18171 du Tchingou, vers 800 m, en sont très proches.

Sur la partie haute du massif ultramafique du Boulinda, vers 1100-1200 m, en forêt basse d’altitude, on trouve communément une forme à limbes plus ou moins ovales et relativement petits, de 3,5-4 × 1,5-2 cm, de texture généralement plus coriace que dans la forme du mont Do, avec des fruits de 4 mm de diamètre environ. À cette forme se rattachent les échantillons Jaffré 863, 960 et 1100, ainsi que MacKee 27058 et 21802, du Mé Maoya, vers 1400 m; McPherson & Munzinger 18121, Morat 7625 et 7654, du Tchingou, vers 1200 m; Labat 3458 du Kouakoué, vers 1100 m; Munzinger 1334, des hauteurs surplombant la forêt de Saille, vers 1030 m, tous récoltés en forêt ou maquis sur terrains ultramafiques, ainsi que McPherson & van der Werff 17848 du mont Panié, vers 1500 m, en forêt sur micaschistes.

Enfin deux échantillons de grands arbustes(4-6 m), MacKee 21460 et Schmid 3026, récoltés en forêt sur les contreforts orientaux du massif ultramafique du Mé Maoya, vers 800-1000 m, se distinguent par leurs limbes elliptiques, très coriaces, de 4-7 × 2-3 cm, leurs feuilles particulièrement distantes sur les rameaux, avec des pétioles relativement épais, de 0,3-0,7 cm. Les fleurs sont roses sur le vivant, à sépales ovales, marqués de gros points glanduleux. Les fruits, de 3-4 mm de diamètre, ont des pédicelles de 2 mm environ.

Les deux variétés R. modesta var. modesta  et var. coriaria  , largement répandues sur la Grande Terre, ne sont pas menacées.