Caltliropella geodioides Carter

Topsent, Émile, 1896, Spongiaires de la baie d'Amboine. (Voyage de MM. M. Bedot et C. Pictet dans l'archipel Malais.), Revue Suisse de Zoologie 4 (3), pp. 421-487 : 434-436

publication ID

https://doi.org/ 10.5962/bhl.part.35507

persistent identifier

https://treatment.plazi.org/id/03D9BB78-9458-FFC6-FD5D-2575B8DCF97B

treatment provided by

Diego

scientific name

Caltliropella geodioides Carter
status

var.

Caltliropella geodioides Carter , var.

Petite Éponge blanche, massive, irrégulière, à surface lisse, un peu rude au toucher. Accolée à une Tethya Ingalli.

La spiculation, composée d'oxes, de calthropses et de dicho- calthropses (ces derniers ordinairement plus petits que les cal- thropses) et d'euasters, diffère de celle du type ( 2, p. 407): 1° par ce fait que la quatrième actine des calthropses (ou rhab- dome de microtrisenes), au lieu de s'atrophier, se développe autant que les trois autres, tout en restant simple, même sur les

dicliocalthropses; 2° par la rareté excessive des euasters, à centrum large et à actines tronquées, dont les dimensions sont aussi plus faibles que dans l'Éponge du Cap St- Vincent.

Distribution. Au large du Cap St- Vincent (Porcupinr): Amboine.

Sphinctrella ornata Sollas.

Un beau spécimen, grisâtre, étendu sur une Petrosia et en partie couvert de stolons rampants de Histoderma verrucosum fiicoides .

Les éléments de la spiculation, si caractéristique, sont ceux des spécimens du Challenger ( 25, p. 90): des oxes robustes et fusiformes, de longs oxes grêles, cylindriques, des triodes verruqueux à verrucosités disposées en anneaux sur toute la longueur des actines, des métasters très abondantes et des spirasters. Les triodes, en diminuant de taille, deviennent assez fréquemment des microcaltbropses verruqueux à quatre actines; quelquefois ils se transforment en gros microxes; enfin, rarement, de gros triodes acquièrent une quatrième actine, comme chez Sphinctrella annulata (Carter) et méritent ainsi le nom de calthropses.

En comparant cette spiculation avec celle des Sphinctrella ornata que les dragages des yachts Hirondelle et Princesse-Alice ont recueillies aux Açores, je n'y relève de différences que:

1° Dans la taille des triodes verruqueux, dont les actines atteignent 275 p de longueur dans l'Éponge d' Amboine, au lieu de 120 et 140 p dans celles des Açores; mais Sollas a trouvé une taille intermédiaire (200 p.) aux plus forts triodes des échantillons de la collection du Challenger.

2° Dans la rareté sinon dans l'absence chez la Sphinctrella d' Amboine de raphides linéaires, longs de 130 p, dont j'ai constaté la présence chez celles des Açores; mais encore, Sollas n'a pas fait mention de ces raphides.

De sorte que l'identité spécifique de ces Éponges n'est nullement douteuse.

Distribution. Açores; îles du Cap Vert; Amboine.

Carter a décrit sous le nom de Tisiphonia annulata (1880) une Éponge du golfe de Manaar qui, par ses calthropses à verrucosités en anneaux sur les actines et par ses spirasters, se rapproche assez de la précédente pour que Sollas l'ait, à juste titre, fait rentrer dans le genre Sphinctrella . La vaste distribution dont nous voyons jouir S. ornata rend très désirable un nouvel examen de S. annulata ; se souvenant, d'une part, qu'on rencontre quelques grands calthropses verruqueux dans les préparations de la Sphinctrella d' Amboine , et sachant, d'autre part, que le passage s'opère toujours insensiblement des spirasters aux métasters, on peut se demander si la spiculation de Tisiphonia annulata a été décrite bien au complet, et, par suite, si les deux espèces supposées sont réellement distinctes.