Dolichoderus semirufus , André, E, 1887

André, E, 1887, Description de quelques fourmis nouvelles ou imparfaitement connues., Revue d'Entomologie (Caen) 6, pp. 280-298: 288-289

publication ID

6877

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/F65A8811-41FD-F24E-0EA0-D49003030FA3

treatment provided by

Donat

scientific name

Dolichoderus semirufus
status

nov. sp.

Dolichoderus semirufus  HNS  nov. sp.

Ouvrière: D’un noir brun ; thorax d’un brun-rouge, devant ou majeure partie de la tête, mandibules, base du scape, funicule et pattes plus ou moins rougeâtres, tarses d’un jaune sale. Parfois tout le corps est d’un rouge brunâtre clair, sauf l’abdomen qui est brun. Pilosité très éparse, scape des antennes et tibias avec des poils très lins, courts, obliques et peu abondants. Dessus du corps entièrement et assez copieusement revêtu d’une pubescence d’un blanc jaunâtre, très fine et peu serrée. Mandibules presque lisses et luisantes, armées en avant d’nne dent assez distincte et de fins denticules sur le reste de leur bord terminal. Tète luisante, presque lisse, avec des rides longitudinales extrêmement fines et une ponctuation éparse et indistincte. Thorax assez luisant, couvert de rides irrégulières fines et réticulées. Le mesonotum porte, de chaque côté, un léger tubercule un peu avant sa jonction avec le metanotum qui est marquée par un fort étranglement. Metanotum conformé comme chez le D. bituberculatus Mayr.  HNS  Écaille peu épaisse, assez amincie en dessus, non échancrée. Abdomen à peu près lisse et luisant. - Long., 2 1/2-3 mill.

Hué (Annam).

Cette espèce, voisine du bituberculatus Mayr  HNS  , s’en écarte par sa taille plus faible, sa couleur différente, sa sculpture, beaucoup plus effacée, ainsi que par son écaille moins épaisse.