Camponotus radamae, Forel, 1891

Forel, A., 1891, Histoire naturelle des Hymenopteres. Deuxieme partie: Les Formicides., Histoire Physique, Naturelle et Politique de Madagascar., Paris: L'Imprimerie Nationale, pp. 1-231: 31-33

publication ID

10.5281/zenodo.9896

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/77EB0A4F-5812-9724-D20D-0A38843CF7A0

treatment provided by

Donat

scientific name

Camponotus radamae
status

n. st.

3e RACE: CAMPONOTUS RADAMAE  HNS  , n. st.

(Pl. I, fig. 4 et 4'.)

[[worker]] Major. Longueur 7 à 7,5 mill. Stature svelte, analogue à celle du C. maculatus  HNS  . Tête très grande. L'aspect général est celui d'un C. maculatus  HNS  pygmée et luisant. Tête large de 2,4 et longue (sans les mandibules) de 2,75 mill. Longueur d'un scape 2 mill., d'un tibia postérieur 2,4 mill. Mandibules assez courtes, armées de sept dents, assez fortement courbées à leur tiers antérieur, très finement réticulées et abondamment ponctuées. Tête fortement excavée et élargie derrière, à côtés assez convexes. Epistome subcaréné, à lobe antérieur rectangulaire, non crénelé à son bord antérieur, un peu concave à ses bords latéraux. Arêtes frontales assez divergentes, non rapprochées à leur extrémité postérieure. Aire frontale petite, assez distincte. Yeux situés à peine en arrière du milieu des côtés de la tête. Thorax très étroit, sans scutellum distinct. Ecaille haute, étroite, assez épaisse; arrondie et étroite au sommet. Tibias grêles, presque cylindriques, pourvus seulement de trois ou quatre faibles piquants à leur extrémité.

Luisant; parfois le devant de la tête subluisant. Devant et dessus de la tête, sauf l'occiput, finement réticulés; le reste finement et très faiblement ridé en travers, çà et là réticulé-ridé. La ponctuation espacée superposee n'est marquée que sur le devant et les côtés de la tête; elle est assez faible. Ailleurs on ne voit que quelques fossettes longitudinales partant de la base des poils dressés.

Pubescence extrêmement fine, extrêmement courte et extrêmement espacée partout, presque nulle ( même sur les tibias et les scapes); elle n'est nette et un peu plus longue que sur les côtés de l'abdomen. Pilosité dressée d'un jaune brunâtre, fort éparse, un peu plus abondante sur l'abdomen et le devant de la tête (quelques poils sur les joues), nulle sur les pattes et les scapes.

Tête d'un noir brunâtre avec les angles postérieurs d'un jaune roussatre. Abdomen d'un brun foncé avec une très large tache presque carrée (en damier, mais avec les angles arrondis), d'un jaune pâle de chaque côté du dos de chaque segment. Sur le premier segment (parfois en partie sur les autres), ces deux taches confluent entièrement ou presque entiè- rement, de sorte que le premier segment est jaune devant. Entre ces taches, il n'existe que des bandes brunes étroites transversales et une longitudinale médiane, souvent interrompue. Les taches sont si pâles qu'on voit au travers le corps graisseux d'un blanc mat. Le reste du corps est d'un jaune testacé avec les pattes plus pâles, les scapes roussâtres, les mandibules et l'épistome d'un brun plus ou moins rougeâtre.

[[worker]] Minor. Longueur 5,5 à 6,3 mill. Tête un peu moins allongée que chez le C. maculatus  HNS  i. sp., mais fortement rétrécie à l'occiput; le rétré- cissement ne commence que derrière les yeux; son bord postérieur est presque droit et à peine plus large que l'extrémité antérieure du pronotum. Lobe antérieur de l'épistome rectangulaire-arrondi. Mandibules armees de six dents. Tête longue de 1,7, large de 1,1 mill. Longueur d'un scape 1,7 à 2 mill., d'un tibia postérieur 2 mill. Écaille épaisse à la base, acuminée au sommet. Yeux situés comme chez la [[worker]] major.

Sculpture et pilosité comme chez la [[worker]] major, sauf la tête qui est faiblement ridée et n'a que quelques gros points devant. Les fossettes à la base des poils sont plus courtes.

Entièrement d'un jaune pâle avec les côtés de l'abdomen, les dents des mandibules et le bord antérieur de l'épistome brunis ([[worker]] minima).

Cette race est bien caractérisée par la couleur de l'abdomen des [[worker]] major, par ses [[worker]] minor entièrement jaunes (comme chez le C. maculatus  HNS  ), par son éclat et sa petite taille svelte.

Forêt des bords de l'Ivondronâ, près de Tamatave (Dr Conrad Relier); forêts du versant Nord-Est du grand massif (M. Humblot).

J'ai décrit la forme la plus petite et la plus accentuée. Mais il s'agit ici d'une race évidemment fort répandue à Madagascar et très variable.